J'ai demandé une augmentation (même pas peur)


femme négocie salaire entretien

Giiiiiirl ! Cette année, j'ai fait ce que je n'avais jamais osé faire avant dans ma vie professionnelle. J'ai demandé une AUGMENTATION ! Alors j'ai mis un moment à me décider sur le fait d'écrire ou non un article à ce sujet, parce que je sais que l'argent peut être un sujet un peu délicat quoi, j'en parle t'y, j'en parle t'y pas ?


Et puis je me dis que toi qui lis cet article, ptête bein que tu hésites toi aussi depuis un moment à demander une augmentation à ton ou ta boss, et que ce partage d'expérience pourrait être le coup de boost, le petit pied au cul dont tu avais besoin pour te lancer, toi aussi. Si ma tranche de vie, aussi modeste soit-elle, peut te pousser à faire de même, girl, l'année 2020 n'est peut-être pas complètement perdue.


Même si on s'entend qu'À MOINS d'un miracle aux alentours de Noël, genre on a trouvé un moyen de stopper le réchauffement climatique, Trump est déchu de sa nationalité et doit immigrer au Mexique, ou plus modestement j'arrive enfin à faire la posture du corbeau au yoga, 2020 aura été une année bien pourrie.



La jeunesse paillasson



Alors je ne sais pas toi, mais moi je fais partie de la génération des gens qui se sont cassés le cul à faire des études universitaires pour commencer au salaire quasi minimum. Bah ouais que veux-tu ma bonne dame, les diplômes ça ne vaut plus tripette de nos jours.


Pourtant après avoir passé MA VIE aux études, j'étais super contente de commencer à bosser, à gagner ma croûte comme on dit. Comme tout le monde j'avais déjà fait un milliard de jobs étudiants mais toi-même tu sais, ça n'a pas la même saveur de décrocher son premier "vrai job".



Alors une fois que tu as fait le tour de la photocopieuse et de la machine à café, l'enchantement disparaît vite hein. Comme tu es jeune, on s'attend à ce que tu embrasses les heures supplémentaires avec ferveurs. Oui car tu n'as pas d'enfants et la vie ne t'est pas encore roulée dessus comme un camion six tonnes, donc tu es censée être enthousiaste à l'idée de troquer ton temps libre contre une vie de servitude sous-rémunérée.


Hein ? Pas assez payée ? Mais dit donc elle est gonflée, elle a la CHANCE qu'on lui donne sa première opportunité, et elle voudrait être payée décemment par dessus le marché ? Ah nooon mais tu n'a pas compris, c'est un tremplin ce job ! Tu vois là, tu vas trimer comme une esclave pour engranger de l'expérience, et APRÈS, dans ta prochaine vie, enfin, entreprise, tu pourras négocier un salaire honorable. Tu comprends ? Allez arrête de réfléchir tu vas te faire mal à la tête.



Nous les femmes, on est des quiches pour négocier nos salaires



J'ai remarqué qu'à âge égal, les hommes de mon entourage s'en sortaient nettement mieux que les femmes côté salaire. Alors oui, le domaine dans lequel tu travailles, l'absence de congé maternité et la discrimination positive envers les hommes blancs hétéro cisgenre y sont pour beaucoup, mais il y a aussi autre chose que mon expérience dans les ressources humaines m'a progressivement confirmé : les hommes négocient vachement mieux leurs salaires que nous.



C'est à dire que pour un même poste, j'ai souvent vu des hommes négocier serré leurs prétentions salariales en martelant leur analyse du marché actuelle et leurs compétences détenues. Alors que chez beaucoup de femmes, c'est tout juste si elles ne s'excusent pas de demander une rémunération pour la job.


"Oh je ne fais pas ça pour le salaire vous savez. Je veux avant tout faire un métier qui me plaît."
"J'imagine que vous avez une grille de salaire interne de toute façon ? Je prendrai ce que vous me donnerez."
"Je suis prête à commencer en bas de l'échelle pour faire mes preuves !"

Rooooh, les filles !! Mais merde quoi, zut et crotte de bique ! Vous ne voulez pas qu'on commence par un stage non rémunéré tant qu'on y est ? Ah non mais vraiment, un athée a plus de fois en Dieu qu'une femme en sa valeur sur le marché du travail !


Moi je veux bien qu'on cherche un métier qu'on aime et tout et tout, mais arrêtons de dire que le salaire est un détail technique ! Si on se foutait du salaire, on irait toutes pointer au chômage et faire du bénévolat à la place.



Passons sur le divan



D'où ça vient, ce manque de cheerleading envers nous-même ? Parce qu'arrêtez-moi si je me trompe, mais je pense que les femmes aiment autant l'argent que les hommes, je n'ai jamais vu quelqu'un être déçu de ne pas devoir bouffer des pâtes la dernière semaine du mois parce que son compte en banque flirtait dangereusement avec le négatif.



Est-ce parce qu'on nous a appris à être polies, gentilles, à ne pas déranger ? Parce que demander directement de l'argent ce n'est pas noble, et qu'il faut attendre que l'on remarque notre compétence, que l'on a quelque chose de spécial comme dans une comédie romantique, pour qu'on nous donne spontanément une augmentation ?


Non parce que les salaires, c'est la plus grosse charge pour un employeur. Donc moins il te paye, mieux il se porte, hein. Ça n'a rien de méchant. C'est comme toi lorsque tu achètes ton T-shirt 5$ chez H&M cousu par des enfants chinois dans le sous-sol d'une usine plutôt que de l'acheter 50$ dans une boutique écoresponsable. Tu n'as rien contre les enfants chinois. Mais tu aimes les T-shirt à 5$.


Ou peut-être est-ce parce que nous avons intériorisé l'idée que nous n'avons pas de valeur. Après tout, on vit dans une société où les femmes se cassent deux fois plus le cul que les hommes au travail comme à la maison, pour une rémunération moindre ou nulle. Alors peut-être avons-nous intégré le fait que ce qu'on fait, c'est gratuit et c'est normal.


Alors que Giiirl... tu vaux tellement plus !!




Apprendre à taper du poing sur la table



Alors tu le sens hein, la moutarde commençait à me monter au nez depuis un moment, côté salaire. Je regardais mon chum progresser, mes amies, même mes collègues. Et en essayant d'analyser objectivement ce que j'apportais sur la table à mon travail et le montant des salaires pratiqués en interne, je me suis dit tabernouche, ça va finir que je vais devoir la demander moi-même, cette augmentation !


Et c'est ce que j'ai fait Micheline !


Alors atta, j'ai préparé mon truc. J'ai passé en revue ma progression dans mes missions, mon niveau de responsabilités et d'autonomie, mon niveau de formation (ça pourrait être intéressant de commencer à le faire valoir) et mon ancienneté dans la structure. Le tout en comparant mon profil avec d'autres collègues et leurs propres rémunérations. Et j'ai bien entendu déterminé le montant que j'attendais, ET le montant (plus élevé) que j'allais demander (c'est comme sur Vinted, tu fixes toujours le prix de ton pull un peu plus haut pour que la connasse qui va te demander 5 euros de moins ait l'impression d'avoir gagné sa journée).


(PS : ok, on a toutes déjà été cette connasse)



Tu l'auras compris, j'ai bossé mon bazar comme une veille d'examen, histoire d'être sûre de ne pas passer pour une bille. Je me suis faite un dossier béton, en me jurant par tous les saints et tous les seins que si l'on me répondait encore de voir cette expérience comme un tremplin, je sauterais à pieds joints dans le bassin des chercheuses d'emploi.


Me voilà donc, fébrile comme après dix tasses de café devant le bureau de la direction, prête à toquer, me répétant une dernière fois que mon acte de revendication dépasse même ma simple personne. En entrant dans ce bureau, j'allais ajouter ma pierre à l'autel féministe de toutes les femmes qui tapaient enfin du poing sur la table et refusaient de se laisser broyer par le système patriarcal établi !


Bon ok, on s'encourage comme on peut.



Alors, tu l'as eu ton augmentation ?



Écoute Ginette, le rendez-vous s'est SUPER bien passé. Ma demande a été entendue, mes points ont fait mouche, et l'on m'explique que l'on va regarder mon dossier pour procéder à une réévaluation de mon salaire. En sortant du bureau, d'énormes auréoles de sueur sous les aisselles savamment masquées par mon blazer, je me sens fière, et presque un peu bête de ne pas m'être manifestée plus tôt.



Deux semaines plus tard, le Covid est arrivé...


Ouaip. 2020, c'est vraiment une année de merde.



PS : ça a pris du temps, mais j'ai finalement eu mon augmentation ;-)

Posts récents

Voir tout