J'ai trouvé mon manteau d'hiver au rayon homme


femme en manteau marche dans rue Montréal

Très honnêtement, je pense qu'APRÈS la séance photo qu'une amie et moi avons tenté de réaliser du mieux qu'on pouvait pour fournir une illustration à cet article, j'aurais pu le retitrer : "J'ai trouvé mon manteau d'hiver au rayon homme, mais ne vous emballez pas car je ne suis pas DU TOUT une influenceuse mode !!!"


Non mais sérieux, quand on voit les blogueuses modes et influenceuses poster des photos tous les jours, on se dit "Oh là là, quelle superficialité !! Pfff, moi aussi je pourrais le faire d'abord !" Et bien NON, n'importe qui ne peut pas le faire ! Entre le spotage de l'endroit où prendre la photo, comment faire la mise au point sur l'appareil, quelle pose prendre, s'arrêter de dire des conneries 2 secondes pour que ta pote puisse prendre une photo décente de toi, remarquer que "ah merde, ya un vieux sac plastique tout dégueu par terre qui gâche la photo...", et bein ON N'ES PAS SORTIES DU BOIS !



Enfiiin BREF, revenons à nos moutons, LES MANTEAUX. Voilà quelques mois que je cherche un digne successeur à mon manteau européen qui, en plus d'être trop cintré (oui je te rappelle que je vis au Canada, donc l'hiver il faut pouvoir superposer les couches !), est évasé sur le devant, laissant ainsi passer touuuut l'air froid et vivifiant du grand Nord dans mes jambes.


Pour faire simple, avec ce manteau je me les pèle, et le possédant depuis déjà 4 ans, je me suis dit que cette année, à défaut de partir en vacances me réchauffer les fesses sur une plage, je m'achèterai le manteau de mes rêves. Un manteau protecteur, chaud et intemporel, que je garderai de nombreuses années...


Let's the shopping BEGIN !



Le désert au rayon femme



Premier réflexe : aller regarder du côté des fripperies et sur le marketplace de Facebook, des fois que j'en trouverais un de seconde main. Malheureusement après quelques semaines de recherche, force est de constater que je fais chou blanc. Je pleure le fait que nous n'ayons pas de site équivalent à Vinted au Québec, ce qui m'aurait grandement facilité la vie. Mais que voulez-vous, c'est la vie !


Mon manteau sera donc neuf ou ne sera pas. Je me console en me disant que je n'en possède pas cinquante (un spécialisé pour les périodes les plus froides autour -15/-25 degrés, et un de ville pour les températures supérieures) et que je ferai don de mon manteau actuel quand je lui aurai trouvé un digne remplaçant. On s'arrange comme on peut avec sa conscience ! (charge morale, quand tu nous tiens...)



Me voici donc à écumer les rayons pour femme des grands magasins. Et là bah, on va de déception en déception. Trop étroit, trop fin, trop de fanfreluches... Mais vous n'auriez pas deux ou trois bons gros manteaux basiques en stock ? Aaah non, madame aura un manteau fantaisie sinon rien !


Non mais chez Zara, on a carrément une collection de manteaux qui n'a pas de boutons ! Le manteau, N'A PAS DE BOUTONS !! Quelle a été la réflexion des stylistes derrière ce modèle ? "De ? Comment elles vont fermer le manteau ? Mais attends Michel, t'as tout loupé des tendances actuelles ! Regarde comme les instagrameuses posent, elles ne ferment pas leur manteau pour qu'on voit la tenue en dessous, alors pourquoi est-ce qu'on irait se ruiner en ajoutant des boutons, quand manifestement elles ne les utilisent pas ? Hein ? Elles vont avoir froid ? Non mais tu sais, dans le manteau de toute façon il n'y a pas un pet' de laine, on a foutu que de l'acrylique et du polyester, donc fermé ou ouvert, ça ne va pas changer les réchauffer beaucoup plus !" Mouarf mouarf mouarf.


Bon. Tout ça pour dire que pour trouver un manteau chaud cet hiver, il allait falloir faire preuve d'imagination.



A la conquête du rayon homme



Un soir dans mon lit, j'erre telle une perdue sur les pages internet du prêt à porter (la fille pourrait lire du Simone de Beauvoir, mais non non, elle scrolle sur Zara). Dommage que je ne puisse pas piquer le manteau de mon chum comme je le fais avec ses pulls, bien épais et oversize comme je les aime. D'ailleurs, je suis sûre que si je vais sur la catégorie homme du site, les manteaux vont tout de suite me plaire.


Ah bah VOILÀ ! Qu'est-ce que je disais ? Des couleurs neutres, des coupes basiques mais intemporelles, et vas-y si je vais voir les compositions, on parie combien que c'est du 70% laine, hein ? HEIN ? Tel Calimero, je râle, maugréant qu'il est tout de même bien plus simple de s'habiller quand on est un homme. A eux, on ne leur ferait jamais le coup du manteau sans bouton. Mais... et si ? Nooon. Mais ?? (t'as vu comme je rejoue bien la scène ?) Au final, que je tape dans le dressing de mon copain ou que j'aille directement me fournir au rayon homme, y a-t-il une SI GRANDE différence ?



Allez zou ! Direction les grands magasins pour aller faire une petite virée shopping au rayon homme, ni vu ni connu, je t'embrouille. Tandis que je descends au sous-sol du magasin telle une héroïne partant combattre le dragon, je sens une petite montée d'adrénaline me parcourir. Et si on me dévisage ? Et si on me demande ce que je fous là, que le rayon des femmes, c'est en haut ?


Mais enfin, les vendeur.ses ne son pas censé.es DEVINER que je fais les rayons pour moi, je pourrais très bien chercher un article pour mon copain ou mon père. J'ai bien le droit d'offrir un cadeau à quelqu'un ! Et puis, beaucoup de femmes habillent leurs conjoints...


Et là, je prends conscience du stress que le simple fait de me balader au rayon homme m'injecte. Pourtant ce ne sont que des fringues, des tailles, il m'arrive d'enfiler un T-shirt ou un pull de mon copain et personne ne vient me dire : "Wow, qu'est-ce qui s'est passé ce matin, tu t'es trompée de dressing ?"


Mais là j'ai presque l'impression d'enfreindre une règle invisible. Je ne suis pas dans un magasin de vêtements. Je suis dans magasin où il y a un étage pour les femmes, et un autre pour les hommes. Et bien que les genres tendent à être de plus en plus fluides, y compris en matière de mode, je ne peux m'empêcher de marcher sur la pointe des pieds, résolue à me faire la plus petite possible dans ce rayon où je me sens de trop (en vrai il y a trois clampins dans le magasin, donc on est d'accord que tout ça se passe dans ma tête).




Alors alooors, qu'est-ce que ça donne ?



J'attrape un manteau sur cintre qui me semble convenir EXACTEMENT à ce que je recherche, en profite pour fourrer deux pulls sous le bras et remonte façon furtive à l'étage pour aller en cabine. En annonçant le nombre d'articles que je tiens à la vendeuse, j'ai peur qu'elle me fasse une remarque, qu'elle me dise que je n'ai pas le droit d'essayer à l'étage des femmes des articles pour hommes, brisant par mégarde l'équilibre cosmique instauré jusqu'alors. Mais non, la vendeuse s'en bat l'oeil et m'indique d'aller dans une cabine au fond. Parfait me dis-je, je pourrai accomplir mon méfait en toute discrétion ! MOUHAHAHA


Je tire le rideau, pose mes affaires avec fébrilité et enfile le manteau, impatiente. Oh là là, dégaiiiiine ! Bleu marine, c'est ma couleur (avec du noir je fais Morticia Addams), un peu oversize comme je voulais pour pouvoir mettre des couches en dessous, longueur aux genoux, parfaiiit. Qu'est-ce que ça donne fermé ? De... comment... Ah mais oui, qu'elle est con ! La boutonnière est de l'autre côté pour les hommes ! (Eh, la première fois tu te sens manchotte que les trous se trouve à gauche et les boutons à droite. Si si, tu peux comparer sur ton manteau, je t'assure c'es pas les mêmes côtés.)


J'examine l'intérieur et sa doublure, palpe la marchandise... Mon regard s'illumine, je sens une bouffée d'émotion m'envahir... IL Y A UNE POCHE INTÉRIEUUUUURE !!! YESSSS !!!



Je ressors de la cabine telle une rock star, mon nouveau manteau sous le bras. Moi je dirais que rayon femme ou rayon homme, ce qui compte, c'est le résultat. Mais en tout cas, j'ai fini de me limiter à un type de rayon en fonction de mon sexe !


Pssst, je vous remets d'autres clichés parce qu'en vrai les fresques que l'on avait choisies étaient super jolies ! (Et puis, un grand merci à la copine qui s'est prêtée au jeu de la photographe. Quand t'as une pote qui est prête à sacrifier son après-midi pour embarquer dans tes conneries, bein c'est super gentil quoi.)