Je suis (presque) végane


série friends monica dinde sur la tête chandler

Il n'y a qu'une chose qui me console de ne pas pouvoir rentrer en France pour les fêtes de Noël cette année. C'est qu'au moins, on ne me fera pas de réflexion sur mon véganisme. Parce qu'en France c'est compliqué, d'affirmer que tu ne manges pas de viande et que tu évites les produits laitiers. C'est presque un crime antinationaliste en fait (je suis prête à parier que je susciterais moins de haussements de sourcils en me proclamant anti-immigration qu'à refuser une tranche de rôti).


Et j'ai beau me faire discrète, demander en chuchotant qu'on ne s'occupe pas de moi et expliquant que je taperai dans les plats qui me convienne car j'estime que c'est à moi de m'adapter à l'hôte, à CHAQUE fois bon sang de bonsoir, je finis par me faire attraper !


"Mais alors, tu ne manges pas DU TOUT de viande ? Ni poissons, ni produits laitiers ? Et les œufs ? Tu manges des œufs tout de même ?"

Les bruits de couverts cessent, les regards se tournent vers moi. La suspecte est repérée, je répète, nous avons une suspecte à table ! Déclinez votre identité je vous prie. Êtes-vous une radicale, une modérée ? Allez-vous nous jeter du sang de porc à la face en hurlant à pleins poumons "JUSTICE POUR LES COCHOOONS !!" ou nous juger en silence en nous regardant manger notre rôti de volaille tandis que vous vous acharnez sur votre feuille de laitue ?


DANS QUELLE CASE DOIT-ON VOUS RANGER ??




Le véganisme et les étiquettes



On ne m'a jamais AUTANT demandé de me définir que depuis que j'ai réduit ma consommation de produits d'origine animale. Je veux dire, j'aurais pu déclarer vouloir rentrer dans les ordres pour devenir nonne ou avoir envie de me lancer dans l'élevage de serpents, je suis persuadée que je n'aurais pas eu à m'expliquer autant sur mes choix auprès des gens (alors que me concernant je trouve ces deux derniers sujets beaucoup plus intrigants) !


Il faut savoir qu'en France, on ne déconne pas avec la nourriture. C'est dans notre culture, tu peux tabasser ou gazer des manifestant.es en toute impunité (baisse ton téléphone Martine, on t'a dit que tu n'avais plus le droit de filmer !), mais on ne TOUCHE PAS à la liberté de manger de la viande et du fromage (le poisson est en revanche nettement moins polémique).


Donc pour savoir à quel point on va devoir te faire la morale à table et te décourager dans cette folie, on a besoin de savoir quelles sont tes positions EXACTES par rapport à ton régime alimentaire. Quelle étiquette va-t-on te mettre ? (car oui c'est important les étiquettes)


Et alors là, ça se corse. Parce qu'en fait, je dis "végane" pour faire court, mais en toute transparence, je ne suis pas 100% végane. Je ne mange plus de viande depuis une coupe d'années, pour sûr. Concernant le reste, je dois dire que je me rangerais plutôt dans la case "je réduis au maximum". C'est à dire qu'en semaine, mes repas sont exclusivement végétaliens. Et que le weekend quand je mange avec mon chum, des amies ou de la famille, je peux tout à fait tapper dans un burger végétarien avec du fromage, prendre une glace au lait de vache ou enfourner un bagel au saumon et cream cheese.



En général quand j'explique cela, parce que manifestement, c'est important de l'expliquer (et que mon plat a eu le temps de refroidir), je perçois la même réaction dans le regard des gens : du soulagement.


"C'est bon les gars, fausse alerte ! Ce n'est pas une VRAIE végane ! Tout va bien, vous pouvez ranger les torches et les fourches."

Bein là Michel, on l'a échappé belle hein ! Fiou !


Alors après, ça n'empêche pas quelques remarques, histoire de ne pas COMPLÈTEMENT passer à côté de l'occasion de me faire la morale, du style : "Mais fais attention quand même, le véganisme c'est mauvais pour la santé, tu sais !" (tandis que la personne engloutie sa troisième part de bûche glacée après s'être gavée de chips à l'apéro, avoir pris deux tranches de foie gras, s'être resservie de la dinde avec sauce brune et ration de patates au beurre, sans oublier la farandole de fromages accompagné de son cubi de rouge).


Moi je dis ça, je ne dis rien.



Mais alors, je serais une "fausse" végane ?



Bein merde alors, moi qui me pensais dans la belle case végane (qui a quand même de la gueule avec ses petites dorures autour du cadre), voilà que je me retrouve dans la catégorie en carton des fausses véganes. Et franchement, même en assumant complètement le fait que mes choix de consommation ne sont pas entièrement homogènes, bah je ne peux pas m'empêcher de me sentir un peu vexée.


Parce que dans mon quotidien, je me sens végane. La majeure partie de mes repas sont végétaliens, je n'achète plus de cuir, mes cosmétiques sont cruelty free... Mais oui, récemment j'ai acheté un manteau avec de la laine, et ce weekend j'ai fait un gâteau au chocolat avec des œufs (croyez-moi, vous ne VOULEZ PAS goûter mes pâtisseries végétaliennes...).



Aussi, ma question est la suivante : pourquoi les gens se focalisent-ils sur le négatif ? Sur l'exception, la faille ? Pourquoi choisir qu'une minorité de nos choix nous définisse, plutôt que la majorité ? (bon à part si genre tu tues quelqu'un. Là, même si c'est juste une fois, désolée mais ça va être dur de passer à côté...).


Et je vais même pousser le raisonnement plus loin, combien de personnes est-ce que cela décourage de réduire leur consommation de produits d'origine animale, tout ça car elles sont persuadées qu'elles ne seront jamais capable de changer à 100% leurs habitudes (et donc de "mériter" le titre honorifique de végan) ? Mais enfin, ON S'EN FOUT de la perfection, ce qui est génial c'est déjà se bouger le cul et d'essayer !


Attention, j'ai conscience qu'idéalement, il faudrait tapper dans le 100%, pour défendre pleinement le bien-être animal, l'écologie et une meilleure répartition des ressources dans le monde. Pas de débat sur le sujet.


Mais que veux-tu que je te dise Martine, les habitudes ont la vie dure ! La culture a la vie dure. Alors en tant qu'êtres humains faits de chair, de sang et d'un milliard de contradictions, nous faisons de notre mieux dans l'évolution de nos habitudes. Je préfère viser l'action et l'amélioration continue, plutôt qu'une perfection éphémère. Et je n'ai pas honte de le dire, bien au contraire, car je pense que beaucoup de personnes bienveillantes et volontaires vivent le même cheminement.


Est-ce que ça fait de moi une fausse végane ? Une presque végane ? Moi je dirais surtout que c'est le courant de pensée qui influence le plus mes choix de consommation au quotidien, et auquel j'adhère autant que possible. Pour le reste, je vous laisse juge de l'étiquette qui me sierra le mieux, reine de l'univers et gardienne de la galaxie ayant largement ma préférence.




Peut-on arrêter de juger les gens ?



Bah là, après tout c'est bientôt Noël, non ? Allez, ferme les yeux. Image un monde où chacun.e ferait ce qu'il veut, sans porter atteinte à la liberté de l'autre. Un monde où les gens, au lieu de critiquer vivement les choix des autres, les encourageraient avec bienveillance dans leurs efforts pour vivre plus harmonieusement avec notre planète. Un monde où les gens se tiendraient par la mains, dans une immeeeense ronde pacifique ! Imagine aaaaall, the people, sharing all the woooord ! Ouhou, houuuu.


De quoi ? Je rêve ? Oui oh, je sais que ce n'est pas demain la veille que cela risque d'arriver. On aime trop juger pour ça, moi la première. Qui ne s'est jamais sentie rassurée, enorgueillie même, en dénigrant les choix d'un.e autre qui ne sont manifestement pas "les bons" ? (les bons choix étant les nôtres, obviously)


J'imagine que la seule chose à laquelle je peux au moins m'accrocher, c'est que pour ma part, on ne m'entendra jamais faire la morale à une personne mangeant de la viande. Je pars du principe que les gens font bien ce qu'ils veulent, ça les regarde, et que tant qu'on ne vient pas me faire suer, je n'ai aucune raison de sortir mon arsenal argumentaire sur le véganisme (de toute façon j'aurais le syndicat des bouffeurs de viande qui me tomberait sur le nez en moins de temps qu'il n'en faut pour dire quinoa).


Par contre, si tu viens me glisser timidement à l'oreille que depuis quelques temps, toi aussi tu essaies de réduire ta consommation de viande ou autres produits d'origine animale, tu me décrocheras toujours un sourire.


Bienvenue au club des véganes en carton pâte ! ;-)



Posts récents

Voir tout