Maquillage : Cadeau ou Fardeau ?


femme avec maquillage

C'est moi ou tu te maquilles moins qu'avant ?

Je hausse les épaules, répond à mon copain : ouais, ptête. On se ballade en ville, histoire de s'aérer un peu.


C'est vrai qu'il fut un temps, je n'aurais même pas osé sortir sans maquillage. Même pour aller faire mes courses, hein. Au moins du fond de teint. Et de l'anti-cerne. De la poudre. Du mascara. Du blush, pour l'effet bonne mine oeuf corse. Et du crayon pour les sourcils, c'est ce qui encadre le visage, met en valeur les yeux qui sont, on le sait, les fenêtres de l'âââme (c'est vrai que c'est important d'être à son avantage pour acheter du papier toilette).


C'était comme si mon visage était une toile vierge, et que sans maquillage, j'étais incomplète, que ce n'était pas VRAIMENT moi. Sortir démaquillée m'aurait fait l'effet de me planter dans la rue en pyjamas pilou pilou avec un bout de cornflex collé sur la joue. Je trouvais ça négligé. J'irais même plus loin, je me trouvais moche, au naturel. C'est triste, non ?


gif

Ça me rappelle une blague que mon père faisait quand j'étais petite :


"Dieu créa l'homme. Une fois le travail fini, il contempla son oeuvre et se dit : c'est magnifique. Puis Dieu créa la femme. Là encore, une fois son travail achevé, il prit du recul pour contempler son oeuvre. Et il se dit : Bah. Tant pis, elle se maquillera !"


Hahaha. Ha. On est d'accord, sexiste à en vomir. Mais franchement, est-ce que ce n'est pas le message qu'on essaie de nous faire passer ?


Ne vous méprenez pas, j'aime le maquillage. Je trouve ça fun de pouvoir changer de tête, de choisir un rouge à lèvres comme on choisirait une paire de pompes pour réhausser une tenue ou encore de pouvoir camoufler les cernes d'une insomnie avec un peu d'anticerne.


Mais quand ça devient une obligation, que tu penses ne pas pouvoir sortir sans mascara sous peine de te faire jeter des tomates ou qu'il faut que tu te lèves littéralement une demie heure plus tôt que ton copain pour te préparer, pour au final partir en même temps que lui au travail, et remettre le couvert le soir pour tout enlever, le maquillage, c'est plus le fun. C'est une punition pour ne pas être un produit fini comme un homme.



On nous prendrait pas pour des jambons ?


Les normes sont une affaire de construction sociale. Si on trouve les hommes beaux sans maquillage, c'est tout simplement parce qu'on y est habituées. Sur internet, les pubs, les magazines... Une femme est tout aussi belle sans maquillage, on nous a juste conditionnées à croire le contraire.


Depuis la nuit des temps, on utilise le maquillage pour s'embellir. Je pense à l'Égypte ancienne, aux tribus et peintures rituelles, au temps des rois et des perruques où l'on se poudrait le nez. Et ce n'était pas qu'une affaire de femmes, les hommes aussi se maquillaient.


Maaais le marketing des pays industrialisés étant très bien fait, on nous a progressivement convaincues que, en tant que femmes, on ne pouvait pas se passer de maquillage. Sinon, désolé de te l'apprendre mais, t'es pô une vraie femme (héhé, Michel le publiciste qui se croit trop malin).


Donc, aboule le cash. Paaar ici la monnaie !


(et puis je ne te précise pas sur le flacon que j'ai foutu des substances cancérigènes dans ton fond de teint et que je l'ai testé sur un lapin tout fluffy prénommé Cacahuète #Michellepubliciste)


Non mais, on nous prendrait pas un peu pour des jambons ?


gif


Apprendre à s'aimer nue de la face


Ça m'a pris du temps, mais petit à petit, je me suis détendue du string, avec le maquillage.


Oui, j'aime me maquiller, mettre un beau rouge à lèvres quand je veux avoir une allure plus sophistiquée, passer du temps à me poupouner devant la glace en écoutant un podcast parce que ça me fait plaisir. Et puis il y a des beaux objets en maquillage, des marques cruelty free qui font des produits de qualité avec de chouettes packagings.


Mais maintenant quand je n'ai pas envie, je ne me maquille plus. Ça m'a fait drôle au début de voir ma tête plus régulièrement au naturel, sans colorant ni conservateur. J'étais moyennement fan, on ne va pas se le cacher. Mais je dois dire que... on s'habitue. Et plus on s'habitue, plus on trouve ça normal. Voir même, joli.


De plus en plus d'influenceuses assument se montrer au naturel sur les réseaux sociaux. Et c'est très important. C'est en diversifiant la représentation des femmes dans les médias, qu'on va bouger progressivement ce qui nous sert de cadre de référence concernant ce à quoi une femme est censée ressembler.


Personnellement j'ai choisi de faire ma Marie Kondo du maquillage, en gardant les aspects qui m'apportaient de la joie et en laissant le reste. J'ai toujours du mal à me rendre au travail sans aucun maquillage, mais j'ai définitivement dépassé le stade de la peur d'aller me chercher une baguette de pain sans rien (chui même capable de prendre un verre en terrasse toute nue de la face, oui madame !).


Petits pas par petits pas, apprenons à nous détacher de ce qu'on nous a appris et à nous aimer telles que nous sommes. Parce que We are beauutifuuul !


Je vous laisse avec ce magnifique Ted Talk de Tracey Spicer, une journaliste tv qui, fatiguée des injonctions sociales, a choisi de ne plus se maquiller pendant un an...


Bon lundi !

Posts récents

Voir tout