Mon classement des Disney les plus féministes


princesses disney féministes

Noël s'en vient mes chères, et avec lui son lot de films dégoulinants de comédies romantiques et familiales ! Et moi quand les fêtes s'en viennent, j'ai une furieuse envie de me replonger dans les dessins animés de mon enfance (#régression). Le problème, c'est qu'avec le temps j'ai grandis (si si, un peu), et que je ne vois plus DU TOUT du même oeil certains de mes Disney favoris.


Ariel est devenue neuneu à souhait, Belle a un sacré syndrome de Stockholm, et Jasmine se laisse quand même convaincre super facilement d'abandonner ses rêves de voyage pour épouser Aladdin. Quand à Cendrillon, Aurore et Blanche Neige, bon bah là, je pense qu'on tombera toutes d'accord pour dire que ce sont des grosses victimes du patriarcat !


Mais alors, que regarder pendant les fêtes pour m'évader en petite féministe à l'âme d'enfant que je suis restée ? Existe-t-il encore des Disney pour nous faire rêver ? C'est ce que nous allons découvrir aujourd'hui avec un classement des Disney les plus féministes !



(Oui je sais, moi aussi je suis super excitée !)


Pour réaliser ce classement, j'ai pris la liberté de me baser sur 3 critères :

  • Le film passe-t-il le test de Bechdel ? (deux personnages féminins nommées doivent échanger ensemble SANS parler d'un homme)

  • L'intrigue principale du film est-elle plus originale (et inspirante) que de se marier avec un homme ?

  • Le film est-il drôle, inspirant, me donne-t-il envie de m'enfuir les cheveux aux vents ou de combattre les l'oppression des injonctions sociétales car je pense maintenant être spéciale et que je crois en moi ? (c'est normalement l'effet Disney recherché)

J'ai également pris la liberté de tapper dans les Pixar, après tout, ils se sont faits racheter par Disney. Et puis honnêtement, il a fallu que je creuse pour trouver des films répondants à tous ces critères ! Vous remarquerez d'ailleurs que je n'ai rien de sorti avant 2009... Ouaip, on a passé notre enfance avec des Disney sexistes.



Classement des Disney/Pixar féministes



7- La Princesse et la Grenouille (2009)


La Princesse et la Grenouille

On commence le classement avec Tiana, première héroïne noire (mais pas trop) de Disney. Mais attention, Tiana ne se résume pas à sa couleur de peau, non non non ! Indépendante, bosseuse et déterminée, Tiana est l'héroïne auto-entrepreneure, ayant l'ambition d'ouvrir son propre restaurant. Elle échange d'ailleurs régulièrement avec son amie Charlotte sur son rêve, qui l'écoute avec bienveillance mais qui reste franchement distraite par son reflet dans le miroir. La caricature du personnage de Charlotte, obsédée par les contes de fée et le prince charmant m'a d'ailleurs beaucoup faite rire.


Bémol ? Il est QUAND MÊME question d'un vrai prince dans l'histoire, le prince Naveen, grosse feignasse qui ne cessera de répéter à Tiana de se détendre du slip alors qu'elle a une affaire à faire tourner et qu'il n'a jamais rien fait de ses dix doigts. Elle finira par l'épouser à la fin du film, en bonne héroïne Disney qui se doit...



6- Toy Story 4 (2019)


Toy Story 4

Il aura fallu un 4ème film pour que Toy Story se modernise un peu ! Dans ce nouveau volet, nous retrouvons Bo, la Bergère qui disparait au 2ème film et qui était jusque-là reléguée à un personnage plus que secondaire, servant uniquement de faire-valoir romantique à Woody le cow-boy (la meuf était quand même en PORCELAINE les gars, plus fragile tu meurs !). Revue et dépoussiérée, Bo s'est débarrassée de sa robe à volants et de sa voix toute douce pour prendre sa vie en main. Aventureuse et indépendante, elle montre à Woody une autre voie pour lui, celle de la liberté...


Bémol : malgré quelques échanges avec des jouets féminins et notamment la méchante (et flippante) poupée vintage Gabby Gabby, Bo interagit principalement avec Woody, servant avant tout à le faire avancer dans son propre arc narratif (t'as vu les termes techniques que j'utilise un peu ?).



5- Zootopie (2016)


Zootopie Judy Hopps

On enchaîne avec le personnage de Judy Hopps, une lapine dont le rêve n'est autre que de rejoindre les forces de police de Zootopia, une ville prônant la diversité des espèces animales. Cependant, Judy va vite redescendre sur Terre en constatant que ses collègues policiers, principalement des animaux forts et virils, ne sont pas si enclins à l'accepter parmi eux malgré son parcours exemplaire. Des difficultés d'intégration dans un milieu professionnel majoritairement masculin, ça ne vous dit rien ? Et oui, j'ai été agréablement surprise mais Zootopie est une véritable satire sur les préjugés, l'inclusion et la tolérance. Drôle et original, j'ai adoré ce film.


Seul bémol : encore une fois, le personnage de Judy Hopps n'a que des échanges très brefs avec des personnages féminins comme l'adjointe au maire, Miss Bellwether qui n'est autre qu'une brebis. Encore des progrès à faire, mais on y arrive !



4- Les Indestructibles 2 (2018)


Les Indestructibles 2 elastic girl

Il a manqué le podium de peu mais les Indestructibles 2 montrent une vraie évolution par rapport au 1er film avec une inversion des rôles hilarante. En effet, Elastigirl est mandatée par la DEVTECH pour sauver le monde, tandis que M. Indestructible embrasse le rôle de père au foyer savoureusement débordé par ses 3 enfants aux supers pouvoirs en plein développement. Cette revisite 2.0 du modèle familial traditionnel fait du bien et a laissé place à des gags qui ont dû faire rire plus d'un parent. Dans le rôle des méchants, on trouve ENFIN une femme qui n'est ni une méchante belle-mère, ni une sorcière amère, mais juste une méchante, qui se trouve être une femme. Elastigirl a des échanges avec sa fille Violette et Evelyn, la co-présidente de DEVTECH. Test de Bechdel, check.


Bon après, est-ce que je me suis sentie inspirée, voire transportée en regardant ce film ? Je n'irais pas jusque-là. Mais j'ai bien ri.



3- Rebelle (2012)


Rebelle disney tir à l'arc

Alors ATTENTION, nous attaquons enfin le podium ! Il faut dire que déjà, avec un décors de fond en Écosse, ça partait bien pour me plaire. C'est l'histoire de Mérida, fille d'un chef de clan qui pour changer, doit ENCORE se marier. Mais figurez-vous que Mérida, on ne la lui fait pas à l'envers ! Indépendante et super dégourdie, la petite jeune n'hésite pas à concourir au tournois de ses prétendants pour gagner sa propre main (donc la fille veut s'auto-épouser, pourquoi pas ?). Comme elle est super douée au tir à l'arc, elle écrase ses concurrents quasiment les mains dans le dos, ce qui rend sa mère furax, elle qui a passé tant de temps à essayer de la coacher comme princesse. Donc la mère est en pétard, Mérida est en pétard que sa mère soit en pétard, ça pétarade de tous les côtés. Et bon par un concours de circonstances, Mérida jette une malédiction sur sa mère : pouf, la voilà changée en ours ! (ah non mais on n'est pas sortie du bois, hein)


L'histoire prend alors une tournure tout à fait intéressante puisqu'on laisse de côté une potentielle romance à deux francs pour se focaliser sur la relation mère-fille de ces deux personnages, et que je me rends compte qu'il y a UN MILLIARD de choses à dire sur les relations mère-fille ! Comment se fait-ce qu'on ait pas eu de film là-dessus avant ??


En bref, même si ça se chicane ENCORE pour des histoires de prince, je trouve qu'on avance enfin dans la bonne direction.



2- La Reine des Neiges 1 et 2 (2013 et 2019)


La Reine des Neiges

Bon... Alors je ne vous cache pas que j'ai LONGUEMENT hésité à mettre La Reine des Neiges en 3ème position, juste pour le nombre de gars bourrés qui m'ont réveillée à 3h du mat' en hurlant ivres morts sous ma fenêtre "Libérééééée, délivréeeee !". Cependant dans ma grande mansuétude, je décide de m'incliner face à non pas un mais DEUX films résolument féministes.


La Reine des Neiges, c'est avant tout l'histoire de deux soeurs, Elsa et Anna, toutes deux princesses du royaume d'Arendelle. Contrairement à d'habitude, point besoin de se marier pour accéder au trône, il est prévu qu'Elsa succède à son défunt père pour gouverner. Sauf que la Elsa là, elle bein bein stressée, parce qu'il se trouve qu'elle a un super pouvoir qu'elle ne le contrôle pas vraiment. Là dessus, sa soeur Anna lui annonce qu'elle veut épouser un prince qu'elle connait à peine, ce qui met la pauvre Elsa encore plus sur les nerfs. La meuf finit par en avoir ras la pompon et s'enfuit dans les montages, plongeant sans s'en rendre compte tout le royaume dans un hiver glacé (c'est Montréal en fait). Alors là, on a droit à la chanson de biiiaitch où la meuf se relooke façon Christina Cordula et se construit un château de glace en un claquement de doigt pour se faire une petite retraite spirituelle. Anna va alors tout faire pour retrouver sa soeur et l'avertir que la note de chauffage risque d'être salée pour Arendelle si elle ne remonte pas un peu la température.


Dans les deux films, on constate avant tout l'amour que se portent les deux soeurs et le soutien inconditionnel qu'elles s'apportent dans leurs parcours de femmes (que c'est mognon tout plein). Au travers de leurs aventures, c'est toujours elles qui viennent mutuellement à leurs secours et les personnages masculins sont davantage relégués à des seconds rôles. Bref, si dans mes goûts personnels ce n'est pas un film que je regarderais plus d'une fois, je comprends son succès auprès des enfants et j'applaudis le fil conducteur autour de la sororité.



1- Moana (2016)


Moana disney

Voici notre top du podium, le seul et l'unique, MOANAAA ! Alors je vous cache pas que de regarder ce film m'a demandé un petit effort étant donné qu'il se passe grosso modo en Polynésie et que durant le visionnage je n'ai fait QUE penser à mes vacances hawaïennes annulées (#larmesdesang).


Mais ENFIN !! Enfin un film ayant une héroïne où l'on ne parle JAMAIS, À AUCUN MOMENT, D'UN OSTI DE PRINCE !!! Bah putain les gars, il était temps !! Non mais c'est bien, au moins on voit que ça rentre !


Moana, fille du chef de tribu de son île (mais elle précise bien qu'elle ne se considère pas comme une princesse), se prépare à prendre la succession de son père dans la gestion de la tribu (là encore, pas besoin de se marier, on progresse). Malheureusement, les ressources de l'île s'appauvrissent, empoisonnée par le démon volcanique Te Ka, menaçant ainsi la survie de ses habitants. La solution serait de retrouver le demi Dieu Maui qui a le pouvoir de se changer en n'importe quel animal, pour qu'il restaure le coeur de Te Fiti, une autre divinité a qui il avait initialement chouré ce coeur pour le donner aux humains, mais là bah, faut le rendre quoi, une histoire d'équilibre cosmique.


Moana serait bien partante pour partir à l'aventure, son père n'est pas chaud, mais finalement sa grand-mère l'encourage sur son lit de mort. N'écoutant que son coeur, la brave Moana vole un bateau et par à l'aventure en mer sans avoir l'ombre d'une compétence en navigation et avec pour seul compagnon un poulet con comme un balai. Même après avoir retrouvé le demi Dieu Maui, le succès de leur mission dépendra bien d'un sacré travail d'équipe et non des gros muscles viriles de Maui (même s'il adore jouer des maracas avec ses pec').


Comme quoi, on peut créer un duo mixte drôle et attachant, ET qu'ils ne tombent pas amoureux l'un de l'autre à la fin de l'aventure ! Grâce à son intelligence, son courage et sa débrouillardise, Moana restaure l'équilibre naturel à la fin de l'histoire. Félicitations du jury. Bonsoir !


Alors maintenant Disney vous ne me faites que des héroïnes comme ça. C'est compris ?



Quelques mentions honorables




Pour finir cet article, je voudrais tout de même distribuer quelques mentions honorables à des héroïnes qui n'ont pas eu la chance d'évoluer dans des films qui passent le test de Bechdel, mais dont le personnage reste super féministe :

  • Mulan, qui reste définitivement l'une de mes héroïnes préférées en ayant le courage de remplacer ni vu ni connu son père au combat (malheureusement, la seule fois où elle parle à une femme, c'est à sa grand-mère et ça cause mariage)

  • Esmeralda, qui est une véritable icône féministe en se battant contre la discrimination (rappelons qu'elle est une gitane) et les injustices sociales comme la pauvreté et la marginalisation des minorités. Esmerlada est un personnage qui défie le stéréotype de la prostituée et de la sainte, et on l'aime pour ça !

  • Mégara, dont j'apprécie particulièrement le personnage à la langue bien pendue et au cynisme grinçant en matière de romantisme. Elle a d'ailleurs une réplique incroyablement moderne pour l'époque lorsqu'elle s'adresse pour la première fois à Hercules et que je vous remets de ce pas : «Vous savez comment sont les hommes. Ils pensent que "non" veut dire "oui", et que "dégage" veut dire "prends-moi, je suis à toi".» Mais ne parlerions-nous pas de consentement ??


Mais, où est donc Pocahontas me direz-vous ? NULLE PART ! Parce que voyez-vous, on ne me la fait pas à moi. J'ai vu le 2ème film moi, celui que Disney n'a sorti qu'en cassette pour refaire un peu d'argent. Et vous savez ce qu'elle fait dans le Pocahontas 2 ? Madame se barre en Angleterre, et s'amourache d'un PRINCE, pour finalement l'épouser ! Non mais vous le croyez ? RÉ-VOL-TANT ! Alors désolée Poca, mais privée de mention honorable. Ça t'apprendra à vendre ton âme pour des macarons. (en plus le gars est d'un BANAL franchement...)