On nous a menti. On ne peut pas tout faire.


audrey hepburn dort dans un lit

Ces derniers temps, j'ai un nouveau projet sur le feu (peux po encore vous en parler, mais j'ai vraiment hâte de le faire). Alors dans mon engouement habituel, je me lance à corps perdu, ne comptant ni mes heures ni mon énergie. Il faut dire que c'est tellement stimulant d'avoir des projets, d'avoir une direction dans laquelle s'investir !


Oui mais voilà. Après un mois de "mais ouiii j'ai le temps de tout faire, exceptionnellement ce soir je vais me détendre un peu moins, allez ce matin je me lève plus tôt...", un problème mathématique finit par s'imposer à moi : j'ai ajouté un nouveau projet à ma to do list, mais le nombre d'heures qui compose mes journées, lui, est resté le même.


Il faut se rendre à l'évidence Marie-Michelle. J'ai po le temps. Je n'ai pas le temps pour TOUT faire.



Pourtant, j'adore l'image de la working girl



J'ai toujours adoré ces films représentant des femmes sur tous les fronts, à la fois investies dans leurs travails ultra stimulants, revenant à pas d'heure de soirées incroyables avec leurs copines, et ayant des vies sentimentales digne des romans arlequins (t'as vu, je suis capable d'avoir des références de vieilles).


Ok elles semblent parfois UN PEU fatiguées, oui leurs vies ont l'air compliquées et un tout ptit peu dysfonctionnelles, mais n'est-ce pas ce qui fait le sel de la vie ? Un café à emporter, une paire de lunettes de soleil sur le nez, hop, ça repart !



J'ai longtemps pensé que dans la vie, tout était affaire de volonté et qu'il suffisait de se bouger pour l'obtenir. On nous l'a bien dit, on peut TOUT avoir les filles ! C'est une question de mérite, bosse, lève-toi tôt, couche-toi tard, bousille-toi la santé s'il le faut et tu verras, le succès sera au rendez-vous.



Je suis trop vieille pour ces conneries



Bah oui mais voilà. Le mois prochain j'aurais 29 ans. Et bien que 29 ans ne soit pas bien vieux, ça l'est suffisamment pour que je me sois déjà brûlé les ailes à plusieurs reprises, à m'écrouler en larmes dans mon canapé parce que je n'y arrivais plus (alors généralement c'est le moment où mon copain essaie de déchiffrer mes onomatopées entrecoupés de reniflements pour comprendre quelle mouche me pique).


Avoir 36 projets en même temps sur le feu, ne s'accorder aucun répits parce qu'une pause d'une heure serait TELLEMENT mieux investie dans une activité productive, faire des journées de malade en s'endormant le soir du sommeil du juste parce que j'ai vraiment donné mon max, et me lever le lendemain aux aurores avec la fierté d'avoir surmonté la fatigue qui rend pourtant chaque parcelle de mon corps cruellement douloureuse, BEEN THERE, DONE IT, NEVER EEEVER AGAIN.



Dans la vie j'ai toujours entendu dire que l'erreur est nécessaire pour progresser, mais qu'il est par contre navrant de répéter encore et encore les mêmes conneries. Et là, ça y est. Je pense qu'au même titre qu'une meuf qui serait retourné trois fois avec son ex, j'ai répété suffisamment le pattern du crâmage de santé pour avoir retenu ma leçon. La working girl qui ne s'écoute jamais, c'est glamour à l'écran, mais ce n'est qu'une fiction. Dans la vraie vie, un burn out a NETTEMENT moins d'allure.



Choisir, c'est renoncer



C'est un proverbe avec lequel j'ai longtemps eu du mal (d'où les crises de larmes), mais quand tes tâches ne rentrent plus dans ton emploi du temps, il n'y a pas dix milles solutions. Il faut choisir. Et choisir, c'es renoncer. Alors attention, renoncer ne veut pas dire : je sors ce projet de ma vie purement et simplement, adios, hasta la vista !


Imaginons par exemple que tu aies des enfants (berk, mais admettons), un travail et que tu soies fan de, euh... de zumba. Voilà, la zumba, c'est l'arc en ciel de ta semaine, mais voilà avec deux gosses et un boulot à temps pleins, bah tu as du mal à faire ta zumba pour te détendre. Et bien ça ne veut pas DIRE que tu dois renoncer purement et simplement à l'une de ces dimensions de ton existence.


Mais si tu veux GARDER la zumba dans ta vie (pourquoi j'ai pris cet exemple ?), ça veut dire qu'il faut accepter que oui, peut-être qu'il va falloir déléguer la garde de tes enfants à quelqu'un d'autre pendant tes séances (ils ont bien un père ces mini humains, non ?), ou encore peut-être qu'il faudra annoncer à ton travail que non, tu ne feras pas d'over time le jeudi parce que le jeudi, LE JEUDI, c'est zumba.



Et je prends l'exemple de la parentalité en plaisantant, mais en fait c'est loin d'être innocent. Combien de potes mères de famille j'ai entendu depuis un an dire qu'elle n'y arrivait plus, avec la pandémie ? Avec toutes ces tâches supplémentaires qui se sont ajoutées à leur agenda, et avec lesquelles elles ont essayé de composer l'air de rien pendant un temps, avant de s'effondrer sous la charge ?


Je le dis, je le répète (et je sais que ça fait suer mais ce n'est pas moi qui fait les règles), c'est mathématique, si une tâche s'ajoute, une autre doit partir (ce qui peut vouloir dire alléger, déléguer, mettre sur pause, ou tout simplement supprimer... je parle des tâches hein, pas des enfants ! Désolé mais j'ai regardé l'affaire du ptit Grégory il n'y a pas longtemps, par tranquillité d'esprit je préfère préciser).


Bref, Marie Kondo elle avait tout compris avec son histoire de pull et d'armoire. Si tu veux faire rentrer une nouvelle fringue dans ton placard plein à craquer, il faut en laisser partir une autre.



Ça ne fait pas de toi une mauvaise personne



On le sait, on vit dans une société qui voue un culte à la productivité. Si tu sais fonctionner 24h/24 telle Shiva avec ses six bras, you rock, si tu as besoin d'un break parce que tu n'y arrives plus, t'es qu'une marde.


Et bein moi je te dis que non. Non tu n'es pas "qu'une marde", non tu n'as pas échoué. Tu es juste une vraie personne, qui vit dans la vraie vie, et dans la vraie vie, on a besoin de temps pour soi et pour se reposer. Si quelqu'un tente de te persuader que tu es juste mal organisée, que tu as un coup de fatigue mais qu'après une bonne nuit de sommeil ça va repartir, ou qu'en fait "c'est juste normal d'être débordée, pourquoi tu te plaints ?" et bein non. Non non et non.


Quand la journée est pleine, la journée est pleine. C'est comme s'assoir sur ta valise pour essayer de la fermer avec tes dix paires de chaussures, tes quinze jeans, trois manteaux, vingt-six pulls et trente T-shirt (bah quoi ? On ne sait pas quel temps il va faire...). La seule chose que tu vas gagner, c'est de péter la valise.





Tout ça pour dire que...



Tout ça pour dire que j'ai fait les maths. Et qu'avec ce nouveau projet top secret, ça ne rentre plus. Alors j'ai choisi.


Je vais réduire un peu la fréquence de mes publications, pour garder toujours autant de plaisir à écrire (ouais quand t'es crevée c'est bizarre mais l'inspiration met VACHEMENT plus de temps à venir). Je veux aussi me donner le temps dont j'ai besoin pour écrire des articles de qualitaye, et ne pas me rusher à sortir quelque chose qui ne me plait pas à 100%, juste parce que c'est la date de sortie (enfin, je n'insinue pas que je fais des articles de grande qualitaye, je dis JUSTE que je veux maintenir le même niveau de qualitaye. Donc si mes articles sont médiocrement passables, je veux juste vous GARANTIR que mes articles resteront médiocrement passables).


Je n'ai pas vraiment d'idée de fréquence de publication en tête, je sais juste que ça ne sera plus rigoureusement hebdomadaire. Mais attention c'est temporaire hein, juste l'histoire de quelques mois le temps de m'occuper de mon autre projet mystérieux. Après, je reprendrai mon rythme habituel !


Voilà. En fait c'est tout moi, je vous ponds un article juste pour dire qu'en ce moment j'ai besoin d'écrire moins d'articles.


La COHÉRENCE à l'état pur Marie-Michelle !



Posts récents

Voir tout