Pourquoi veut-on absolument que je fasse des enfants ?


fleabag femme dans salon de thé

Je ne veux pas d'enfants. Ça a toujours été une évidence pour moi. C'est juste quelque chose qui ne m'attire pas, au même titre que certaines personnes n'aiment pas le chocolat ou les manèges à sensation forte.


J'aurais pu faire un article pour expliquer en long, en large et en travers pourquoi je n'en veux pas. Mais finalement, les gens qui veulent des enfants ne se justifient pas, alors pourquoi le ferais-je ?


Ce qui ne cesse JAMAIS de me fasciner au plus haut point, c'est à quel point les gens refusent la possibilité qu'une femme ne veuille pas d'enfant. C'est juste quelque chose d’inconcevable pour eux. Et je suis médusée, presque impressionnée même, par les efforts que ces gens peuvent mettre, sans que je ne leur ai rien demandé, à tenter de me convaincre que ce que je dis là est une simple folie de jeunesse.




Voici en exclusivité, mon "Best of" des arguments non sollicités pour me convaincre de faire des enfants !



"Non mais moi aussi à ton âge je ne voulais pas d'enfants ! Tu verras, passée 30 ans ton horloge va se réveiller."

Alors pour commencer nous avons l'argument à caractère divinatoire. Tu ne le sais pas encore, mais cette personne que tu connais à peine le voit dans sa boule de cristal, tu vas changer drastiquement d'avis sur ta vie d'ici quelques années. Tu n'es pas convaincue ? Pfff, mais à quel point te connais-tu de toute façon ? Cette personne en sait quand même plus que toi sur ton futur désir de parentalité dans plusieurs années enfin !


"Avoir des enfants est la plus belle chose au monde. Aujourd'hui je n'imaginerais pas ma vie sans Augustine et Bartolomé."

Oui... Bah en même temps, c'est trop tard pour les retourner au magasin, donc tant mieux pour toi !!


Blague à part, cette personne essaie juste de te faire comprendre avec une subtilité proche de zéro que si tu n'as pas d'enfants, tu es passé à côté de "la plus belle chose au monde". Un peu comme tes copines à Disney Land qui reviendraient de Space Mountain et qui te diraient : "Non mais là franchement, si t'as pas fait ce manège ça servait à rien de venir quoi, c'était L'ATTRACTION À FAIRE QUOI !!", quand bien même tu leur aurais dit dix fois "Non merci, je vais aller prendre une photo avec Donald en attendant, j'aime pas les grand huit. Non mais sérieux, à tous les coups je vomis et je vois ma vie défiler devant mes yeux. Mais allez-y je vous attends, vous me raconterez !"



"Donc tu comptes vieillir seule ?"

Bah là, je vais pas faire des enfants pour avoir des gardes malades à l'oeil, non ? Parce que si on fait le ratio, j'en ai pour moins cher de me payer un appartement médicalisé plutôt que d'élever des enfants ! Et rappelle-moi, tes parents vont visiter combien de fois par an tes grand-parents dans leur maison de retraite ?


"Mais c'es égoïste ! Si tout le monde faisait comme toi, ce serait la fin de l'espèce humaine !"

Celle là, honnêtement c'est ma favorite. Rendez-vous compte, je porte carrément le poids de L'HUMANITÉ sur mes épaules ! XD Mais toutes mes confuses, j'étais mal renseignée, je ne savais pas qu'on était en sous-population sur la Terre et qu'on avait teeeellement de ressources et d'espace à exploiter qu'on allait manquer de main d'oeuvre. (et puis alors, que je n'ai pas de voiture, que je sois vegan, le plus zéro déchet possible etc, on n'en a RIEN À PÉTER hein, l'essentiel, c'est que je procrée)


"J'ai beaucoup d'amies qui ne voulaient pas avoir d'enfants au début. C'était jusqu'à ce qu'elles rencontrent le bon."

Alors, hum... tu sous-entends quoi exactement sur mon couple ? Ah non mais vous remarquerez qu'à chaque fois, on est sur des arguments d'une grande délicatesse et d'un respect à toute épreuve ! Pour moi, c'est comme si j'étais lesbienne et qu'on me disait : "Non mais tu verras, c'est juste que tu n'as pas encore rencontrer le bon... (clin d’œil)".



"Tu n'as pas peur de regretter ?"

Et toi ? Sincèrement ? Parce que si je n'ai pas d'enfants alors que j'aurais peut-être pu m'épanouir là-dedans, les conséquences de mon choix n'impliquent que moi. Si tu fais un enfant pour te conformer à une norme alors qu'en réalité tu n'en voulais pas vraiment, tu vas gâcher la vie d'une personne en devenir ainsi que la tienne. L'enjeu paraît plus gros, non ? Pourtant, jamais on ne demanderait ça à de futurs parents. "Ah, vous allez être parents ? Quel courage. Et... vous n'avez pas peur de regretter ?".



Arrête de me projeter tes peurs et va plutôt t'acheter un pot de Ben & Jerry's



As-tu déjà remarqué que ce ne sont jamais les gens bien dans leur peau, en harmonie avec leur statut de parent qui te font suer sur cette question ? Eux, si la question surgit au détour d'une conversation et que tu leur réponds que tu ne sais pas ou que tu n'en veux pas, ils se contentent de hausser vaguement les épaules, ajoutant que tu fais bien ce que tu veux et reconnaissant même qu'un enfant, c'est du boulot, alors mieux vaut être sûre de son coup.


Non, c'est toujours la collègue cernée qui n'a pas dormi depuis deux ans, l'oncle qui n'a jamais changé une couche dans sa vie ou la copine d'une copine qui s'occupe seule de ses trois enfants en ayant réduit son job à un 15h semaine tandis que la carrière de son conjoint explose qui te font ces remarques déplacées.


J'ai l'impression qu'à partir du moment où l'on sort de ce que les gens considèrent comme "leurs normes", les personnes plus ambivalentes par rapport à leurs choix de vie peuvent se sentir attaquées à travers nos actes. Leurs questions semblent alors servir davantage à projeter leurs propres peurs et à ce qu'on les conforte dans leurs choix, plutôt qu'à vraiment nous questionner, nous.



Chercher l'approbation sociale est une réaction humaine et je la comprends tout à fait. Mais ça ne justifie pas de se comporter à ce point comme un.e malpropre.


Tu as le droit de ne pas vouloir d'enfants, et tu as le droit au respect



Euh oui, ya un moment, flûte quand même.


Je veux bien être délicate auprès d'une collègue qui vit des instants difficiles dans sa parentalité ou d'un oncle un peu bourré et pas franchement fin qui donne plus de leçons aux gens qu'il ne donne de coups de main à sa femme, mais faudrait voir à ne pas pousser mémé dans les orties.


La plupart du temps, quand il s'agit de personnes que je ne connais pas bien ou qui ne m'intéresse pas, je laisse couler. Voyons les choses en face, dans la vie, il faut choisir ses batailles.


Mais quand je trouve que trop c'est trop, je pose mon pied à terre (même pas peur la meuf). Merde quoi, on est quand même sur des sujets hyper personnels et intimes ! Depuis quand mon utérus est-il un sujet de conversation public, où chacun peut se sentir libre de donner son avis comme bon lui semble, comme on le ferait pour l'achat d'une nouvelle cafetière au bureau ou pour la politique actuelle du gouvernement concernant la régulation du trafic routier ?


Toi qui m'a fait une remarque sur mon choix au sujet de la parentalité, je te présente mes excuses. Je me sens gênée, c'est très embarrassant ! Manifestement, je t'ai laissé penser que ton opinion sur ma vie m'intéressait. J'en suis vraiment désolée. Ce n'était pas le cas.




Posts récents

Voir tout